Comment sont traités les DASRI : déchets de soins à risques infectieux

Quand vous pensez aux déchets, vous imaginez probablement des sacs remplis d’ordures ménagères attendant d’être ramassés par les éboueurs. Vous pourriez penser à la collecte sélective du verre, du plastique ou du papier pour le recyclage. Mais quand une grande partie de nos déchets provient du secteur médical, les choses ne sont pas aussi simples. Les déchets d’activités de soins à risques infectieux (DASRI) doivent être pris en charge de manière spécifique car ils représentent un risque majeur pour l’environnement et pour la santé humaine s’ils ne sont pas traités correctement.

Les DASRI : quels risques pour la santé et l’environnement ?

Les DASRI sont des déchets issus des activités de soins qui présentent un risque de contamination pour l’homme et l’environnement. Il peut s’agir de matériel médical comme des seringues, des aiguilles, des scalpels, du matériel de laboratoire, mais aussi de déchets biologiques comme les tissus humains, le sang et d’autres fluides corporels.

Ces déchets représentent un risque infectieux pour les professionnels de santé qui les manipulent, mais aussi pour les personnes exposées lors de leur collecte, de leur transport, de leur traitement et de leur élimination. De plus, une mauvaise gestion des DASRI peut entraîner une contamination de l’environnement, par exemple par le biais d’émissions toxiques lors de leur incinération s’il s’agit de produits spécifiques.

Le cadre réglementaire pour la gestion des DASRI

La gestion des déchets DASRI est encadrée par le code de la santé publique en France. Ce dernier précise que les déchets issus des activités de soins doivent être collectés, triés, stockés et éliminés de manière sécurisée pour éviter tout risque pour la santé humaine et l’environnement.

Lire aussi :  Le Plogging : comment allier sport et écologie.

Des filières dédiées à la collecte et au traitement des DASRI ont été mises en place, avec des acteurs spécifiques chargés de la pré-collecte, de la collecte, du transport, du traitement et de l’élimination des déchets. Les professionnels de santé ont l’obligation de trier les déchets à la source et de les conditionner dans des emballages spécifiques avant leur collecte.

La collecte et le traitement des DASRI

La collecte des DASRI est réalisée par des prestataires spécialisés. Les déchets sont ensuite transportés vers des centres de traitement où ils subissent différentes opérations : stérilisation, broyage, incinération…

Le traitement et l »incinération des DASRI est une étape cruciale pour leur élimination. Cette opération doit se faire dans des conditions particulières pour s’assurer que les déchets seront pris en charge correctement et seront désinfectés s’ils doivent être acheminés vers un incinérateur de déchets ménagers par exemple.

En conclusion : un traitement rigoureux pour une sécurité maximale

La gestion des DASRI, ces déchets de soins à risques infectieux, est un véritable enjeu de santé publique et de protection de l’environnement. Grâce à une réglementation stricte et à des filières dédiées, ces déchets sont collectés, traités et éliminés de manière sécurisée.

Cependant, cette gestion exige une vigilance constante et la participation de tous les acteurs concernés, des professionnels de santé aux prestataires de collecte et de traitement, en passant par les autorités de santé publique. Chaque maillon de la chaîne a un rôle à jouer pour garantir la sécurité de tous.

Face à ces défis, il est plus que jamais nécessaire de continuer à innover et à améliorer les pratiques en matière de gestion des DASRI, pour assurer un avenir plus sûr et plus sain pour tous. C’est un milieu qui recrute de plus en plus de personnes qui ont été formées aux enjeux écologiques de demain et est donc un secteur d’activité porteur pour ceux qui choisissent de faire carrière dans un domaine en relation avec les métiers de la transition écologique.

Lire aussi :  Pour ou contre avoir un lave linge à la maison?

Leave a comment

Your email address will not be published.


*